La Licorne-Concierge de quartier

INTRODUCTION

Depuis plus de dix ans, je souffre de troubles anxieux sévères. Après une courte accalmie, les ennuis se sont à nouveau accumulés et malgré tout, je n’ai pas envie de devenir cette fille qui ne parle que pour se plaindre / pleurnicher / entretenir ses peurs, celle qui sape l’énergie des autres, celle qui n’avancera jamais. Beaucoup d’artistes combattent ce genre de problèmes à travers leurs travaux, alors je me suis dit : pourquoi pas moi ? Non seulement ça me permettra de peaufiner un certain style de dessin et ma pratique (encore débutante) des markers à alcool, mais en plus, employer un ton humoristique pour parler de ce qui me chatouille à un moment donné me permettra de dédramatiser les situations pour plus rapidement m’en relever. Comme j’éprouve une méfiance maladive envers les licornes, la symbolique à exploiter était toute trouvée !

J’ouvre donc ce nouveau chapitre du blog avec les vieilles concierges de quartier (j’avais besoin d’une idée simple et concrète à exploiter pour tester le concept). Je crois qu’on en connaît tous au moins une, à l’affût derrière leur fenêtre, adeptes des mensonges, médisances et ragots en tout genre, professionnelles du harcèlement pour tuer le temps entre deux feuilletons télévisés. J’ai la « joie » d’en avoir deux pour le prix d’une, alors après presque quatre ans à rester calme et polie, j’en ai pris une pour taper l’autre ! Banzai !

LA LICORNE « VIPERA MORDICUS »

Un clic sur la photo l’affichera en plein écran pour une meilleure lecture.

Publicités