Mogwaï

Entre Gawyn et ses lourdes pathologies congénitales et Bobi en fin de vie avec plusieurs organes vitaux très fatigués, les frais vétérinaires commencent à peser lourd, très lourd, même avec un salaire à plein temps. C’est très stressant, ça sent le retour en arrière, à l’époque où sans emploi, je passais des nuits blanches à chercher des solutions pour éviter de me prendre un mur en pleine face. Tout ça couplé à la fatigue grandissante de ces derniers mois et nul besoin de préciser que je suis constamment à fleur de peau depuis juin. Mais il reste des bons moments, comme une photo de mon chez moi publiée sur Facebook où apparaît un polaroïd de chinchilla sur un mur. Une amie qui me demande mon adresse pour m’envoyer une carte de chinchilla. J’ai compris ce matin qu’il s’agissait comme elle le dit si bien d’une carte de menu et deux chinchillas ! Des attentions qui ne manquent jamais de me faire monter les larmes aux yeux, des larmes qui me disent « Tu n’es pas invisible, tu existes aux yeux des autres, essaie de te relever et de continuer ».

Et même si je ne doute pas un seul instant que le geste ait été fait de bon cœur, et aussi dure et compliquée que la vie puisse être pour moi, je ne veux plus être la fille qui reçoit sans donner en retour. Je n’ai pas de budget en ce moment mais j’ai des capacités, alors j’ai chapardé une photo de son petit loup la nuit derrière et l’ai cartoonisé dans la foulée en espérant que ça lui ferait plaisir à son tour.

Et je crois bien que je développe une addiction grandissante pour l’illustration et la colorisation digitales. Ça me vide la tête et je commence à en tirer de la fierté au fur et à mesure que je progresse et parviens à devenir plus subtile dans mes crayonnés, mon nuancier et mes ombrages.

Publicités

Kimahri, Dègue du Chili

Et voici un petit gribouillis du soir mettant à l’honneur Kimahri qui a rejoint notre troupe il y a un peu plus d’un an. Mon octodon, mon octandouille, mon pépieur fou, ma petite gribouille, mon sourire Colgate, mon grattouilleux, mon Superman à moustaches, mon galopin, mon mini kangourou (et je vais m’arrêter là pour les surnoms idiots). Je vous prépare une galerie photo à son nom comme pour tous ceux qui partagent / ont partagé ma vie. Il faut juste que je trouve le courage de récolter et organiser un an d’Instagram sur mon nouvel ordinateur >_<‘

INKTOBER 2018 – Poisonous

Chaque année en octobre, des dessinateurs du monde entier – professionnels ou amateurs – se donnent rendez-vous sur la toile pour l’Inktober. J’ai commencé à suivre la liste elfique de Ranefea que je ne manquerai pas de vous présenter par la suite, mais avec mon emploi du temps chargé au boulot et mon Bobidou qui s’affaiblit, je me rends compte que je n’aurai pas le courage de me tenir à un dessin par jour. Comme d’habitude, j’étais partie sur un concept rapide et sans prise de tête et me suis faite engloutir par mes élans gribouilleurs. Bref, je finirai cette liste parce qu’elle m’inspire beaucoup et que j’y prends plaisir, mais ne le ferai pas en temps et en heure. En attendant, comme ça m’ennuyait d’abandonner la partie aussi rapidement, je remets le couvert avec la liste officielle et mon style chibi, plus simple à gérer à l’arrache le soir. Je n’ai pas résisté à l’appel de la colorisation, shoot je suis foutue ! >_<

Web Design : Alice au Pays des Merveilles

Après le retour des strip comics, voici celui de la photomanipulation !
J’ai relooké mon blog Dragon Lyre sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles et partage avec vous les photographies ayant servi au making-of. Un grand merci aux artistes mentionnés pour le partage de leur talent, aucun problème pour trouver l’inspiration avec des mises en scène pareilles !

TEMPLATE

https://dragonlyre.wordpress.com/

↓ Cliquez sur l’aperçu pour voir la bannière en taille réelle ↓

STOCKS

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Licorne-Concierge de quartier

INTRODUCTION

Depuis plus de dix ans, je souffre de troubles anxieux sévères. Après une courte accalmie, les ennuis se sont à nouveau accumulés et malgré tout, je n’ai pas envie de devenir cette fille qui ne parle que pour se plaindre / pleurnicher / entretenir ses peurs, celle qui sape l’énergie des autres, celle qui n’avancera jamais. Beaucoup d’artistes combattent ce genre de problèmes à travers leurs travaux, alors je me suis dit : pourquoi pas moi ? Non seulement ça me permettra de peaufiner un certain style de dessin et ma pratique (encore débutante) des markers à alcool, mais en plus, employer un ton humoristique pour parler de ce qui me chatouille à un moment donné me permettra de dédramatiser les situations pour plus rapidement m’en relever. Comme j’éprouve une méfiance maladive envers les licornes, la symbolique à exploiter était toute trouvée !

J’ouvre donc ce nouveau chapitre du blog avec les vieilles concierges de quartier (j’avais besoin d’une idée simple et concrète à exploiter pour tester le concept). Je crois qu’on en connaît tous au moins une, à l’affût derrière leur fenêtre, adeptes des mensonges, médisances et ragots en tout genre, professionnelles du harcèlement pour tuer le temps entre deux feuilletons télévisés. J’ai la « joie » d’en avoir deux pour le prix d’une, alors après presque quatre ans à rester calme et polie, j’en ai pris une pour taper l’autre ! Banzai !

LA LICORNE « VIPERA MORDICUS »

Un clic sur la photo l’affichera en plein écran pour une meilleure lecture.

Fnut & Solenne

Il y a quelques temps, un article circulait sur Facebook, mettant à l’honneur un artiste qui « cartoonisait » les gens avec leurs animaux de compagnie. La thématique m’a doublement interpellée et j’ai eu envie de m’y essayer. Le doute aurait pu tuer ce projet dans l’œuf, mais Solenne a alors posté une photo d’elle et sa chienne Fnut et je n’ai pas pu résister. Pour un premier essai, j’avoue sans prétention être plutôt satisfaite du rendu mais j’espère tout de même avoir rapidement l’occasion de me recoller à cet exercice pour peaufiner mon style et ma technique. ^_^

Web Design : Les Lectures d’une Vie

J’ai entamé un peu de rangement dans les dossiers de mon ordinateur et suis retombée sur cette bannière dessinée pour une copinaute en mai 2015. À l’époque, je ne me servais pas encore de ma tablette Wacom : je suis partie d’un crayonné papier que j’ai scanné, puis ai connu toute la misère du monde pour coloriser le tout à la souris ^^’ Cela reste un joli souvenir que j’avais envie d’immortaliser ici !