La Licorne-Concierge de quartier

INTRODUCTION

Depuis plus de dix ans, je souffre de troubles anxieux sévères. Après une courte accalmie, les ennuis se sont à nouveau accumulés et malgré tout, je n’ai pas envie de devenir cette fille qui ne parle que pour se plaindre / pleurnicher / entretenir ses peurs, celle qui sape l’énergie des autres, celle qui n’avancera jamais. Beaucoup d’artistes combattent ce genre de problèmes à travers leurs travaux, alors je me suis dit : pourquoi pas moi ? Non seulement ça me permettra de peaufiner un certain style de dessin et ma pratique (encore débutante) des markers à alcool, mais en plus, employer un ton humoristique pour parler de ce qui me chatouille à un moment donné me permettra de dédramatiser les situations pour plus rapidement m’en relever. Comme j’éprouve une méfiance maladive envers les licornes, la symbolique à exploiter était toute trouvée !

J’ouvre donc ce nouveau chapitre du blog avec les vieilles concierges de quartier (j’avais besoin d’une idée simple et concrète à exploiter pour tester le concept). Je crois qu’on en connaît tous au moins une, à l’affût derrière leur fenêtre, adeptes des mensonges, médisances et ragots en tout genre, professionnelles du harcèlement pour tuer le temps entre deux feuilletons télévisés. J’ai la « joie » d’en avoir deux pour le prix d’une, alors après presque quatre ans à rester calme et polie, j’en ai pris une pour taper l’autre ! Banzai !

LA LICORNE « VIPERA MORDICUS »

Un clic sur la photo l’affichera en plein écran pour une meilleure lecture.

Challenge #FlowFleurs2017

J’ai enfin pris le temps de vider la mémoire photo de mon smartphone et entamé le tri de ce bazar sans nom pour en extirper dans un premier temps mes clichés de fleurs. Je me souviens qu’au lancement du challenge en avril, les arbres étaient en pleine floraison, mon moment préféré de l’année… qui a prématurément été abrégé par des vents forts peu après. Mes coins habituels avaient été lourdement touchés, dont mes chers cerisiers gardant la vieille église abandonnée. Mais finalement, j’ai pu rebondir et participer à cette seconde édition du rendez-vous de Flow Magazine.

Pour retrouver ma participation de l’année dernière :
#FlowFleurs2016

 

Fnut & Solenne

Il y a quelques temps, un article circulait sur Facebook, mettant à l’honneur un artiste qui « cartoonisait » les gens avec leurs animaux de compagnie. La thématique m’a doublement interpellée et j’ai eu envie de m’y essayer. Le doute aurait pu tuer ce projet dans l’œuf, mais Solenne a alors posté une photo d’elle et sa chienne Fnut et je n’ai pas pu résister. Pour un premier essai, j’avoue sans prétention être plutôt satisfaite du rendu mais j’espère tout de même avoir rapidement l’occasion de me recoller à cet exercice pour peaufiner mon style et ma technique. ^_^

{ 02 Février 2017 } Le retour de la contre-attaque

2016-03-05_1457168282Hey, salut les gens ! Vous vous souvenez de moi ? Mais quelle question, oui bien sûr ! Je suis votre Majesté toute Empoilée, vous ne pouvez pas m’avoir oublié. Et puis, je veux pas dire mais c’est pas ma faute si Humaine a perdu le fil. Pour sa défense, son dernier billet remonte à deux ans, quand mon cœur a fait un flop avant au milieu de la nuit et que celui d’Esclave a fait un flip arrière au moment du diagnostic. Deux ans, paraît que je devrais être parti à cause de ma maladie. Pourtant je suis toujours là, en bon pacha, et bien décidé à rester dans le coin sans avoir à entamer la seconde de mes neuf vies. Deux ans à gober cachets et aspirine, à me faire tondre le torse avant de recevoir du gel tout froid pour regarder mon cœur dans une drôle de machine. J’ai vraiment de la chance que tu prennes ton traitement sans rechigner, tu es un amour ♥ Oui, je sais, merci bien. Nan mais voilà, tu es mon Grotadpoal et on revient de loin alors… Woééé mais lâche-moi les moustaches, sérieux ! Je suis le plus beau, tu ne m’apprends rien. Fais attention quand même à ne pas trop gonfler des coussinets à frimer comme ça, ça ne serait pas pratique pour galoper !

Ah, au fait, pour ceux qui ne se souviendraient plus de la légende du texte (après deux ans, difficile de vous le reprocher : ce truc tout moche et bâclé, c’est Humaine qui tape l’incruste sur le clavier. Le gris souris, c’est pour les papotis. Le bleu, c’est quand je vois la vie en rose (ne cherchez pas, c’est moi qui dicte les lois épiceytou !) et quand je vois rouge, planquez vos orteils, ça va croustiller v¨¨v

Donc voilà, pour le premier épisode de mon grand retour de la contre-attaque, je ne vais rien raconter de bien précis. Je reviens de loin, c’est un miracle en soi et Humaine me laisse enfin revenir au clavier. Elle ne comprend pas trop comment je fais pour taper si bien mon texte alors que quand je l’aide sur ses textes à elle, ça donne v »o         gyberiv errrrrrrrrrrrrrrrrrrrà « eg4H GUBOJ!qrHbù uhtoooooooooooooooobx ,mgfsh r. Un jour, je lui expliquerai peut-être qu’un tyran a tous les droits, y compris celui de se mettre en avant en sabotant le travail des autres. vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvhkjbfv erhb the, tyjdhbtrzg54U6JENTMEQW%FIVU(n  !!! Nan mais arrête ça, l’Esclave ! vhjjjj rh;gvre gzfgjbn (si je veux !). Espèce de… bbbbbbbbbbbbbbbbr bfvnb jgrvye plagieuse !!

Bref, on va s’arrêter là, faut que j’aille croquer deux doigts coupe-faim pour rétablir mon autorité sur cette mécréante.

Big bisous tout baveux et parfumés au thon ♥ et on se revoit très vite, je l’espère !

D’ici là, mon cœur continuera de gentiment faire boum boum dans ma poitrine et dans celle d’Humaine, mes pattes continueront de faire tagada tagada voilà les Dalton, mes petites fesses de faire ploc ploc dans la litière Ewwww >.< et ma tête de faire blong blong dans le mur Mwahahaha quand je loupe ce fichu virage entre le séjour et l’entrée.

Web Design : Les Lectures d’une Vie

J’ai entamé un peu de rangement dans les dossiers de mon ordinateur et suis retombée sur cette bannière dessinée pour une copinaute en mai 2015. À l’époque, je ne me servais pas encore de ma tablette Wacom : je suis partie d’un crayonné papier que j’ai scanné, puis ai connu toute la misère du monde pour coloriser le tout à la souris ^^’ Cela reste un joli souvenir que j’avais envie d’immortaliser ici !

Amie Beuverie

Sur Facebook, l’autre jour, j’ai demandé à ce qu’on me propose un mot en « A », officiellement sans dire pourquoi, officieusement pour trouver un thème de dessin. Manque de pot, Solenne était dans le coin et m’a proposé un mot délirant, comme d’habitude… « AMIBE », en l’occurrence !

J’ai googlisé pour me rafraîchir la rétine sur le visuel d’une amibe et j’ai alors versé des larmes de sang. Encore pire que ce dont je me souvenais ! Du coup, j’ai filouté 😀 Parce que abandonner n’était pas non plus une option.

Aragna Exumei

Alors que je travaillais sur mon portfolio « Dreamstorming » (si tout se passe bien, il me servira de support pour mon dossier AFPA de maquettiste PAO), j’ai commencé à retrouver quelques anciennes petites choses. À une époque, je gérais pas mal de jeux-de-rôle narratifs, dont Aragna Exumei, adapté de l’univers de Harry Potter. Voici la toute dernière bannière que j’avais réalisée pour le forum et qui me plaît toujours après des années de recul. Donc plop, j’en profite pour l’exposer ici 🙂

Harry Potter

Visionner la version FULL-HD en cliquant ici

Un dimanche en plein-air

Entre deux semaines de stage en entreprise au service d’infographie, j’avais besoin de me sortir le nez de l’ordinateur en ce beau dimanche. Plusieurs objectifs à cette promenade dominicale à la Citadelle de Blaye avec les Poireaux : certains futiles (atteindre le niveau 24 à Pokémon Go… geekette un jour…), certains utiles (profiter du long circuit pour enregistrer des kilomètres sur ResQwalk).


ResQwalk, c’est une appli smartphone – fonctionnant grâce au GPS – qui permet d’enregistrer les kilomètres parcourus à pieds ou en vélo pour les convertir en donation pour l’organisme de protection animale de votre choix.

Pour ceux qui chercheraient d’autres causes humanitaires à soutenir, n’hésitez pas à parcourir Charity Miles. Une autre application disponible gratuitement sur Google Play Store qui vous permet de faire des dons rien qu’en marchant.

Personnellement, j’ai choisi The Pipsqueakery car leurs photos et vidéos sur Instagram et Facebook sont toujours trop mignonnes et pleines d’humour. Et surtout parce que le couple qui gère ce refuge pour hamsters ne lésine pas sur le temps et les moyens qu’ils injectent quotidiennement dans ce projet. Des personnes en or que je suis heureuse de pouvoir au moins soutenir comme ça !


Pour en revenir à nos hamsters… non, chèvres… euh… moutons, c’était la journée bonne pêche pokémonesque et des touristes perdus qu’il m’a fallu rediriger. Rencontres truffesques, sourires en cascade et pique-niques divers. Des galopades en veux-tu en voilà entre deux pauses caresses et paysage. J’ai beau vivre ici depuis 3 ans, je ne me lasse pas de reprendre certains coins en photo. Ce n’est jamais la même saison, le même moment de la journée, la même lumière, les mêmes ombres…. J’ai emmagasiné du soleil à gogo sans rôtir (vive l’automne !), profité du petit vent frais et vivifiant, un ressourcement toujours garanti. Me voilà d’attaque pour la suite !